Oups !

Rédigé le 8 janvier 2018 par | Alertes Imprimer

Cher lecteur,

00:00 Et dire que nous nous inquiétons de la réaction des marchés à cette nouvelle année, et que nous craignions qu’elle ne commence sur une fausse note, un faux pas, un trébuchement.

Oups.

La semaine dernière, semaine de reprise boursière, le S&P 500 a gagné +2,6%, le Nasdaq +3,4% et le Dow Jones a passé pour la première fois de son histoire la barre des 1,25 $.

« Oops, I did it again », comme le disait une grande star de la chanson à texte.

Et qu’importe, pour Wall Street, que les chiffres de l’emploi américain publiés vendredi dernier aient déçus et qu’importe, pour les marchés européens, que l’euro soit toujours aussi fort face au dollar.

00:25 Le problème de ce début d’année est quoi acheter. Car, oui, nous sommes haussiers… tant que les marchés ne montrent pas d’évidents signes de retournement (signes que nous surveillons de près).

Alors, quoi acheter ?

00:35 Premier élément de réponse, fourni par Yannick Colleu dans le dernier suivi de Crise, Or & Opportunités : les matières premières.

Le moins que l’on puisse dire est que les métaux précieux sont restés l’arme au pied en 2017.

Serait-ce le calme avant la tempête ?

En effet, les matières premières semblent bien orientées. En 2017 le cuivre, considéré souvent comme un indicateur avancé d’inflation, a réalisé une hausse de près de 32% et le pétrole (ici WTI) a progressé de 12,5% sur la même période.

00:55 Le retour d’intérêt de nos rédacteurs pour les matières premières est en grande partie nourri par leurs craintes d’un retour de l’inflation. Pour rappel, c’est ce que résumait parfaitement Dominic Frisby vendredi dernier dans La Quotidienne.

01:05 Il commençait avec le pétrole :

Le marché du pétrole est haussier en ce moment, mais le monde ne s’en est pas encore rendu compte. En 2018, il commencera à se réveiller : le Brent atteindra des sommets sans précédents ces trois dernières années. Selon moi, 85 $ voire même 90 $ le baril sont possibles, mais je ne veux pas me laisser emporter. Je vais donc dire que le cours le plus haut dépassera les 80 $… le plus bas ? Je ne pense pas qu’il descende sous les 50 $.

01:25 Poursuivait avec une prédiction sur l’or :

En 2018, l’or surprend beaucoup de gens avec une année plutôt bonne. Il dépasse les 1 400 $. C’est le point le plus haut en quatre ans. Je suis même tenté d’affirmer qu’il flirtera avec les 1 500 $, mais si je le dis j’ai peur qu’il ne le fasse pas, ce qui serait terrible. Il ne descend pas sous les 1 200 $.

01:40 Et concluait avec les matières premières en général :

L’inflation est un thème plus important en 2018 que ce que nous avons connu récemment, car les conséquences de la surutilisation de la presse à billets et de l’inflation des prix des actifs que nous avons constatées en 2008-2009 commencent à se faire sentir dans d’autres domaines économiques. Les matières premières en général en bénéficient. Je suis particulièrement enthousiaste pour l’énergie (j’ai déjà parlé du pétrole) et les métaux de base, qui ont tous deux connu une belle année.

02:00 Deuxième conseil de nos rédacteurs : la cybersécurité.

02:05 Vous savez (peut-être) que Philippe Béchade et Gilles Leclerc ont consacré un numéro entier de Béchade Confidentiel à ce sujet très brûlant…

02:10 Dans la Quotidienne du jour, Etienne Henri revient sur l’annonce de la découverte de deux failles de sécurité dans la plupart des processeurs de la planète. En clair, cela signifie que presque toutes les données de la dite planète sont vulnérables à un piratage. Oups…

Un scandale d’une telle ampleur (à côté l’affaire Volkswagen, c’est de la petite bière) ne va pas être sans conséquence. Mais quelles seront ces conséquences, c’est toute la question, à laquelle Etienne fournit de premiers éléments de réponse :

Suite à l’annonce de la faille, les yeux se sont évidemment tournés vers les fondeurs, Intel en tête. Brian Krzanich, le PDG du groupe, a eu la mauvaise idée de liquider la moitié de ses actions Intel et d’exercer ses stock-options en novembre. Il s’est en fait délesté du maximum possible, selon le Financial Times.

Un tel geste alors qu’Intel travaillait depuis près de quatre mois sur cette faille historique sans que le public ne soit encore au courant va certainement attirer la suspicion de la SEC, le gendarme de la Bourse américain. Même si la manoeuvre n’est finalement pas jugée illégale, elle reste de mauvais goût alors que le PDG ne pouvait ignorer la tempête qui se profilait.

Pourtant, difficile de dire aujourd’hui les conséquences qu’aura la nouvelle sur la santé d’Intel. Côté pile, l’ensemble du parc informatique mondial doit être renouvelé pour éliminer totalement le risque. L’effet d’aubaine est évident pour Intel, AMD et consorts.

Côté face, les fondeurs ne sont pas à l’abri d’actions en justice colossales. La mise en danger des données de l’ensemble de la planète va certainement donner des idées à nombre de cabinets d’avocats. Il existe donc un risque juridique encore difficile à évaluer.

Les grands gagnants seront les sociétés de cybersécurité. Leurs experts vont être submergés de travail dans les prochains mois pour tenter de limiter au maximum le risque causé par cette faille structurelle – en attendant que les fondeurs ne nous proposent une nouvelle architecture de processeurs.

La suite est à lire ici

Etienne et Ray Blanco avaient parfaitement anticipé cette explosion de la cybersécurité – et ce depuis des mois – et vous ont recommandé plusieurs valeurs dans NewTech Insider. Je vous laisse les découvrir ici… Parmi elles se trouvent certainement les grands gagnants de 2018.

03:35 Dans le reste de l’actualité… encore des idées d’investissement.

03:40 Dans La Bourse au Quotidien, Gilles Leclerc vous propose un point sur l’euro/dollar alors que la paire a beaucoup joué sur l’humeur des marchés européens ces dernières semaines.

Gilles parie sur un rebond vers les 1,25 mais pas avant une consolidation qui permettra au CAC 40 de s’envoler en direction des 5 600 points.

Une analyse à retrouver dans La Bourse au Quotidien.

03:55 Dans NewTech Insider, Ray Blanco revient sur la décision du département de la Justice américain de faciliter les poursuites contre les entreprises du cannabis. Oups…

Ou pas.

Une impressionnante volatilité s’est emparée du secteur du cannabis la semaine dernière après le revirement du procureur général américain, Jeff Sessions.

Jusqu’à présent, le département américain de la Justice était restreint par le Cole Memo, un accord par lequel le département s’engageait à ne pas poursuivre les entreprises du secteur du cannabis qui suivaient les règles légales fixées par les Etats américains dans lesquelles elles exerçaient.

La semaine dernière, cependant, le département de la Justice annonçait la suppression de cette mesure, provoquant un mini-krach sur les actions cannabis américaines.

Le ciel vient-il de tomber sur la tête du tout jeune secteur du cannabis légal ? Vous vous en doutez peut-être, la réponse est non. Et je pense même que le récent décrochage va nous offrir d’excellentes opportunités d’achat.

Commençons avec la suppression du Cole Memo. Cela pourrait ne pas être une si mauvaise nouvelle. La nouvelle politique ne signifie pas que le département de la Justice va poursuivre toutes les entreprises liées au cannabis mais que les procureurs de district (les District Attorney) pourront le faire, s’ils le souhaitent.

Soyons réaliste – et un brin cynique –, la Justice américaine ne dispose pas de fonds illimités. Cela signifie que les procureurs devront toujours se concentrer sur les crimes qui causent le plus de tort à la société.

Vont-ils s’en prendre aux entreprises légales, réglementées et respectant les règles des Etats dans lesquels elles sont installées ? Je ne pense pas.

Et s’ils le font, ils vont certainement se concentrer sur les entreprises « cannabis » qui flirtent avec l’illégalité, qu’elles soient impliquées dans la production, la distribution ou la vente.

Même dans les Etats où le cannabis est légal, une grande partie de l’offre provient encore du marché noir et de producteurs non-réglementés.

La suite, et des nouvelles d’une biotech cannabis recommandée par Ray, sont à lire dans la dernière alerte de NewTech Insider.

05:20 Voilà, cher lecteur, avec ses conseils, vous ne devriez pas dire « Oups ! » avec vos investissements en ce début 2018.

05:25 Bonne soirée à tous, et à demain.

Cécile Chevré
Cécile Chevré
Rédactrice en Chef de La Quotidienne Pro

Cécile Chevré est journaliste depuis une dizaine d’années. Elle s’intéresse à tous les secteurs de l’économie qui sont en mouvement, des nouvelles technologies aux matières premières en passant par les biotech. Elle rédige chaque jour la Quotidienne de la Croissance, un éclairage lucide et concis sur tous les domaines de la finance, ainsi que les Marchés en 5 Minutes.

Les commentaires sont fermés !